3 des 6 signaux faibles de la Lettre des Signaux Faibles (version gratuite sur abonnement) et des 26 signaux de la Lettre réservée aux abonnés payants, lettre Premium

Signal faible 2 : Google et Facebook face à l’éthique

Facebook, Google et YouTube sont dénoncés pour le premier d’avoir favorisé Trump, pour le dernier d’accoler des marques à des discours haineux, extrémistes, antisémites. Notamment en UK. La filiale UK de Havas a retiré ses budgets sur YouTube et Google Display. Theresa May a convoqué les responsables locaux de Google, le mouvement de protestation s’est étendu. Aux Etats-Unis, de gros annonceurs boycottent YouTube. Si le risque économique est faible, le risque d’image est fort. Les acteurs du numériques ne peuvent diffuser impunément des discours de haine, encore moins à côté d’une marque. Dans ce monde hyper-réactif un concurrent crédible se développe vite.

Signal faible 3 : le poids d’Amazon e-commerce

Amazon a acheminé en 2016 2 milliards d’articles par sa place de marché monde. En France, selon Morgan Stanley (Amazon ne détaille aucun chiffre), Amazon aurait réalisé en France en 2016 un CA de 4,4 Md€ (Monoprix 4,2Md€), 8 Md€ en incluant sa place de marché. Il serait le premier distributeur non alimentaire français. Le point d’achat d’Amazon est le smartphone ou l’ordinateur. Les points de vente doivent mettre le client au centre de leur logique. Ce n’est plus un slogan. C’est une alarme.

Signal faible 4 : les américains morts de désespoirs

La démographie n’est pas une tendance lourde, même si son évolution est lente. En décembre dernier, les américains ont constaté un recul de l’espérance de vie à la naissance de 2015 sur 2014. C’est Angus Deaton, prix Nobel d’économie 2015, qui constate dans ce siècle que les Blancs en milieu de vie (50-54 ans) ayant au plus le bac, ont un taux de mortalité supérieur aux Noirs de 30%, contre inférieur de 30% en 1999. Ce qui peut expliquer en partie le premier constat mentionné. L’explication vient du manque de moyens pour se soigner et aussi selon Deaton de « morts de désespoirs », alcool, drogue, suicide. Taux américains 50-54 ans : 80 pour 100.000. Taux français et allemand 45. Je laisse le lecteur aller plus loin sur les « morts de désespoir », par exemple chez les agriculteurs français qui se suicident.